Théatre et musée: cliquez pour visiter

La Bible décrit Bosra, dès le II° s. av. J.-C., comme une ville "forte et grande" où vivent beaucoup de juifs (Maccabées V,26). Intégrée à l'Empire romain, la ville reste toutefois sous l'influence des Nabatéens. Les rois nabatéens Malichus II et Rabel II y résident (entre 40 et 106) jusqu'à la conquète par le Romain Cornélius Palma qui en fait la capitale de l'Arabie. L'empereur romain Philippe l'Arabe (244-249) l'élève au rang de 'colonia' ( Le but de la colonisation était de transformer des villes déjà existantes en colonies romaines, pour lui donner de l’importance et du prestige, à la gloire de l'Empire). Siège d'un évêché, Bosra devient metropolis en l'an 300. Ses évêques alimentent les querelles dogmatiques de l'Eglise et évangélisent les Arabes qui affluent du Sud en Syrie. Vers 630, Bosra bascule dans le camp arabe puisque ses soldats participent à la conquête de Damas. Son théatre est transformé en forteresse à l'époque omeyade et résistera aux assauts successifs des croisés en 1146 puis 1182. Seuls les Mongols parviendront à s'emparer de la ville et de la forteresse en 1261. Détruite, reconstruite, Bosra est encore un important centre administratif à l'époque mamelouke et ottomane. Carrefour des routes caravanières vers l'Arabie, la Méditerranée, le golfe Persique, Palmyre et Damas, la ville comptera jusqu'à 80000 habitants. Le déclin viendra par la suite avec la construction de la ligne de chemin de fer du Hedschas Damas-Médine.

Si Bosra n'a pas la magnificence de Palmyre ( la pierre basaltique, sombre, donne un air austère au site et l'on a perdu la grandeur du désert), son théatre est incontestablement le plus grand et le mieux conservé de toute l'archéologie romaine. Construit au II° s. dans une forteresse nabatéenne, il a continué à être utilisé comme citadelle à l'époque islamique On y accède par un pont qui franchi un fossé de protection. Le toit des tribunes accueille un petit musée avec des fragments de statues et mosaîques de la ville antique. Trois couloirs horizontaux donnent accès aux tribunes, en rangées reliées par des escaliers en rayon. 15000 sièges dominent un choeur en demi-cercle. La scène représente une façade de palais avec des colonnes corinthiennes et des niches. L'intérieur du bâtiment est rempli de terre pour favoriser l'acoustique. On retrouve , en visitant le site, l'organisation traditionnelle de la citée romaine: portes, colonnades, cardo, mais aussi cathédrale chrétienne. Visiter le site de la ville antique de Bosra.

retour au choix Syrie